Vous êtes ici

Comment réagir en cas d'agression assis sur un banc ?

Voici 3 conseils pour réagir en cas d'agression alors qu'on est assis à un banc. Jérémie Blanc de l'ADAC Grenoble vous explique la marche à suivre.

Conseil self-défense : agression d'une personne assise

Jérémie Blanc donne quelques conseils aux pratiquants de self-défense pour se défendre en position assise. Ces conseils issus de la défense de rue sont tout à fait valables pour les pratiquantes de self-défense féminine (Amazon Training). Regardez le conseil en vidéo puis lisez l'article. Bonne pratique !

Prévenir une agression en position assise

Exemple : je suis assis dans un bar, deux énergumènes insultent des clients à proximité. Il vaut peut-être alors mieux changer d'endroit.

En premier lieu, il faut être vigilant pour voir ou entendre les menaces potentielles autour de soi, et a minima se lever ou au mieux s'en aller.

N'oubliez pas que la self-défense est une pratique complète et qu'il ne s'agit pas uniquement d'apprendre à mettre des coups ! L'ADAC vous propose tout au long de l'année des stages de mises en situation pour apprendre et appliquer une méthode raisonnable, simple et efficace de self-défense.

Faire face à une attaque en position assise

Premier cas de figure

Une menace agressive se dirige vers moi et que je n'ai pas le temps de me lever. Exemple : un individu marche rapidement vers moi en me disant qu'il va me casser la gueule suite à un différent en voiture.

  • coup de pied d'arrêt les hanches bien en avant en s'aidant des mains en appuis sur le siège : permet d'être bien offensif et de minimiser le recul
  • cibles: ventre, triangle génial, aine, dessus du genoux suivant la circonstance et le degré de stress : on pense toujours motricité lourde
  • on ne néglige pas le cri en même temps : pour se donner de l'assurance, intimider et alerter les témoins potentiels

Second cas de figure

La menace est juste devant moi ! Je l'ai laissé approchée car non agressive au début, ou je ne l'ai pas vu surgir.

Exemple : je suis assis dans le tram, l'individu en face se lève d'un coup pour un regard de travers.

  • je mets mon poids vers l'avant pieds armés pour contrebalancer des coups ou poussées éventuels et pouvoir réagir offensivement au mieux
  • mes mains sont hautes en garde passive, je fais de la désescalade verbale
  • au besoin, je recadre en poussée (si transgressions)

Si l'agression devient physique

Dans cette position de domination, en général, l'agresseur utilise coups ou saisies et coups :

  • je protège en hérisson pour détruire les armes de l'adversaire au mieux et prendre le moins possible de coups
  • je riposte le plus vite possible à la hauteur de mes poings
    • direct au triangle génital ou à la cuisse en engageant bien la hanche
    • si plus proche: coup de coude en piqué ou en latéral sur la cuisse

 

Si l'agresseur est vraiment au contact, en saisie ou m'empêchant de riposter en frappes :

  • je plonge sur une jambe en ramassement de jambe
  • verrouillage du creux poplité du genoux et de la cheville, j'avance en poussant avec mon buste la tête bien collé sur le coté extérieur de la cuisse pour faire chuter l'agresseur
  • d'où la grande importance de l'armée des pieds
  • dès que j'ai une porte de sortie pour fuir je la prends.

Découvrez la self-défense méthode ADAC