Vous êtes ici

Les participants du stage CATS à Orsay livrent leurs impressions

Le 16 octobre dernier, le stage CATS Orsay s'est déroulé sous l'oeil expert de François Bouvier. Comment s'est passé le stage ? Voyons ce qu'en disent les participants.

Un stage de mise en situation CATS avait lieu le 16 novembre dernier à Orsay (91) avec le club ADAC 75. Un stage ouvert à toutes et à tous, pratiquants ou non, adhérents ou non à l'ADAC. Comment s'est passé le stage ? Les participants et les encadrants nous livrent leurs impressions du stage. Merci à eux !

Franck

Stage super agréable et enrichissant, instructeurs très professionnels et d'une gentillesse exemplaire. Merci et surtout... que l'ADAC continue à nous former !

Sophie

Débutante, je suis à l'ADAC depuis septembre et j'avais du mal à retenir les positions et la fonction de tout ce que j'apprenais. Ce stage m'a permis de mieux cerner tout ça et d'aller à l'essentiel. Mais aussi de savoir regarder autour de moi, apprendre à gérer le stress en situation. Bonne ambiance, théorie claire et simple.

Lionel

Tant que l'on n'a pas participé à un stage CATS, on se voile la face sur la défense personnelle.

Après avoir participé au CATS "Défense personnelle" en septembre à Nevers (organisé de Didier Stackorsky), je trouvais logique d'enchaîner rapidement sur le CATS "Anti-agression" dirigé par François Bouvier. J'ai pu me rendre compte que le fait d'avoir participé à un stage CATS deux mois auparavant m'a permis de mieux gérer mes réactions et d'établir une lecture correcte de la situation en un minimum de temps. Pour tout vous dire, je pense que, tant que l'on n'a pas participé aux CATS, on se voile la face sur la défense personnelle. Il est évident que la pratique en dojo et le CATS sont vraiment différentes... Il faut se tester. Il faut y aller, faire des erreurs, comprendre, recommencer et réussir. Un CATS d'une journée vaut largement des mois de pratique en salle. Bref, vivement le prochain !

Lionel Fabregue est animateur Boxe de rue à Poitiers.

Stage CATS ADAC 75 à Orsay

Jacques

J’effectuais pour ma part mon deuxième stage CATS, avec forcement un peu moins d’appréhension que le premier ! Le point culminant du stage est bien sûr le passage du parcours de mise en situation. J’ai pu mettre à profit les nombreuses erreurs que j’avais commises lors de ma première expérience et que j’avais constatées lors de la restitution vidéo avec notamment : une garde très basse voir inexistante, un manque de vision périphérique, des négociations trop longues, une difficulté à décrire un agresseur dans le feu de l’action et j’en passe. Je partais donc avec tout cela en tête... et je fis de mon mieux encore une fois ! Le CATS est l’application directe des cours de l’ADAC. Je conseille donc à tous d’effectuer ce stage. On y apprend beaucoup sur soi et si parfois on est déçu, on s’y découvre aussi quelques qualités et ça fait plaisir ! Et bien évidement l’encadrement, œil extérieur et impartial, joue un rôle essentiel.

Philippe 

Le stage m'a bien plu, c'était très intéressant. Les mises en situation permettent d’appréhender et de travailler sur des situations extrêmes ou délicates que l’on ne travaille pas en cours. D’autant plus que celles-ci ont été mises en place par des professionnels du terrain. Je recommande ces stages CATS !

François Bouvier a encadré le stage CATS d'Orsay

C’est le 6e CATS que j’encadre et j’en apprends toujours autant ! Pour moi, c’est la stage de self-defense par excellence, rien de tel pour emmagasiner un réel vécu de la violence en toute sécurité.

Il est très intéressant d’observer la réaction des stagiaires. Des fois, on est surpris... En effet, j’ai vu beaucoup de gros costauds s’écrouler et, à l’inverse, un petit bout de femme maîtriser la situation !

En tant qu’encadrant, c’est extrêmement formateur, d’autant plus qu’il faut savoir gérer les émotions engendrées par les situations. Dans ces circonstances, il se peut que les stagiaires perdent leur sang froid et aillent trop loin… Il faut être présent pour les stopper avant. Certaines situations peuvent raviver d’anciens souvenirs et créer des peurs paniques : là aussi, il faut être présent pour faire redescendre la pression et avoir une écoute active afin d'aider la personne au mieux. L’encadrant apprend tout autant que les élèves et sa gestion du stress et du conflit est mise à rude épreuve... J’adore ! :)