Vous êtes ici

Qu'avez-vous pensé de la formation d'enseignants ? L'avis de Cédric Deloison.

Cet été, l'Académie des arts de combat organisait deux formations aux enseignants : 6 jours pour donner les bases de la méthode et l'esprit ADAC. Qu'en avez-vous pensé ?

Bonjour peux tu te présenter ? Quel est ton parcours sportif ?

Je suis Cédric Deloison et j'ai 42 ans. Mon domaine d'activité : évaluation, formation et recrutement de personnel pour envoi sur des zones à risques. J'ai commencé très jeune par un double parcours, avec d'une part la boxe française et d'autre part l'escrime. Par la suite, la canne de combat est venue se joindre à ce duo.

J'ai également été voir ce qui se passait dans d'autres sports de combat du fait de mon métier. Parfois, j'ai apprécié, parfois ce fut l'opposé. J'ai passé les brevets d'états en escrime et canne de combat, et je me prépare actuellement pour la formation en boxe française.

Je suis titulaire d'une licence Staps. J'ai eu la chance d'encadrer des athlètes de différentes nationalités (des Français, Danois, Suédois, Belges et des Polonais notamment) en escrime et qui ont participé aux championnats du monde dans différentes catégories.

Comment as-tu entendu parler de l'ADAC ? Qu'est-ce qui t'a décidé à venir suivre une formation d'animateur ?

Dans le milieu de la boxe française, on parle souvent de l'ADAC, mais aussi de deux de leurs cadres. On parle d'Eric Quequet et de Robert Paturel avec beaucoup de respect, et en leur donnant de grandes qualités humaines et pédagogiques : ce qui est vrai à mon sens. De plus, on leur reconnaît des qualités de formation, d'expériences et de recherches dans leur domaine, ce qui est toujours vrai pour moi.

Avant de rejoindre un club affilié à l'ADAC (l'ADPH de Trith-Saint-Léger mené par Nicolas Dilly), j'avais parlé avec des collègues de mon projet d'aller voir et apprendre à l'ADAC. Ceux-ci m'avaient fortement conseillé de suivre mon idée car ils n'avaient eu que de beaux échos du travail fait. J'ai toujours apprécié de devenir entraîneur dans les sports que je pratiquais quand j'accrochais avec ceux-ci, dans un sens pour vivre encore plus le sport. L'accueil que j'ai trouvé à l'ADAC et à l'ADPH m'a renforcé en cela.

Comment, en quelques mots, as-tu ressenti cette formation pédagogique ?

Ce fut un long moment d'échanges, de partages d'idées, d'apprentissage d'une manière de faire différente du milieu sportif car c'est le domaine de la self-défense. Le niveau de la formation et des savoirs que l'on nous apporte est élevé. J'ai appris autant que lors de mon BEES 2e degré.

Jamais le formateur ne vous impose une manière de voir, mais au contraire; on est dans l'échange des méthodes et des savoirs-faire. J'ai apprécié cette semaine avec Laurent et Fred. Merci à tous les deux.

Que penses-tu que cette formation "Animateur ADAC" va t'apporter dans ton enseignement ?

Nous avons vu des manières d'enseigner différentes, et le travail qui à été fait par les cadres de l'ADAC pour nous fournir une planification, mais aussi pour nous apprendre à mettre en place notre propre planification en nous donnant des outils de travail adéquats à la discipline, est tout simplement exceptionnel et formidable. La méthode et les outils qui nous ont été appris va me permettre de mieux orienter mon enseignement. L'enseignement ne s'arrête pas seulement à l'aspect de la discipline, mais on a aussi appris sur la communication d'une association de manière à développer un club.

En tout cas, merci à Laurent (un super formateur), à Eric (pour ta disponibilité), et à Fred pour ton amitié.

Lire l'avis de Frédéric Mougeot sur la formation