You are here

Michel Benes : « La Peur, cet ennemi qui vous veut du bien »

Président de l'Académie des arts de combat et responsable des formations en gestion des conflits et survie, Michel Benes nous explique tout ce qu'il faut savoir sur la peur !

Entretien avec Michel Benes

Qu’est-ce que la peur ? En quoi peut-elle être bénéfique ?

La peur est l’une des quatre émotions de base (peur, joie, colère, tristesse) qui nous animent depuis les débuts de notre histoire sur Terre.

"La peur est naturelle."

Ces émotions ont une utilité essentielle : elles ont permis à l’espèce humaine de survivre, en influençant nos comportements.

  • La joie que l’on espère obtenir nous encourage à rechercher les choses qui nous sont bénéfiques : se nourrir, se reproduire…
  • La tristesse que l’on redoute peut nous aider à éviter certains actes : tuer sa belle-mère…
  • La colère peut nous donner l’énergie de nous battre pour nous défendre d’une menace physique ou psychologique : agression, pression fiscale…
  • La peur peut rendre plus efficace notre fuite : Avez-vous remarqué comment vos performances de coureur à pied s’étaient brusquement améliorées depuis que ce chien errant vous court aux trousses ?

La peur peut aussi nous permettre de lutter plus efficacement (par exemple pour botter le derrière de ce satané clébard qui vient de vous rattraper), mais elle peut aussi nous paralyser ! Dommage, pensez-vous ? Ça dépend… imaginez que le chien soit en fait un ours (oui, j’avais oublié de vous dire que vous faisiez votre jogging dans une forêt canadienne et aviez laissé vos lunettes de myope dans le chalet…). Bref, cet ours vous rattrape… la fuite est inutile, il court plus vite que vous. La lutte ? mmmm… votre cerveau, bien équipé pour prendre les bonnes décisions en situation de survie, va vous la déconseiller…

Que reste-t-il comme action possible, à part la fuite ou la lutte en situation d’urgence ? L’inhibition ! C’est-à-dire rester figé, sans bouger (à la manière d’un homme politique à qui on demande une solution immédiate contre le chômage). Mais dans notre cas (celui de l’ours), cette solution est la bonne ! Ne pas bouger évite d’attirer l’attention des prédateurs ! La peur, engendrant un stress aigu qui vous paralyse, vous permettra donc d’échapper au prédateur. L’ours ne se sentant pas menacé, ne vous considérant plus comme une proie qui fuit, ni comme un mets appétissant (surtout après avoir senti les odeurs mélangées de votre transpiration et de votre déodorant préféré), va certainement vous abandonner (après vous avoir dûment inspecté).

"La peur peut vous sauver la vie !"

La peur peut-elle être nuisible ?

Oui, la peur peut vous handicaper ou vous empêcher de faire quelque chose d’utile, que vous avez décidé de faire. Par exemple, vous empêcher réussir à un examen, à une compétition sportive, ou vous faire bredouiller lamentablement au moment de déclarer votre flamme à la créature de vos rêves (alors que vous aviez récolté un tonnerre d’applaudissements en jouant une scène de théâtre devant tout le village !).

L’anticipation, l’imagination des conséquences négatives possibles, risquent de générer une peur qui vous empêche d’exprimer totalement vos compétences. Notez au passage que nous avons toujours peur en anticipant ce qui peut arriver, jamais de ce qui est en train de se produire au moment présent : Si vous vous approchez d’une falaise, vous avez peur de tomber, mais si vous êtes en train de tomber, vous n’avez plus peur de tomber… vous avez peur d’autre chose : de la réception au sol par exemple.

A la différence de la peur « instinctive » qui se déclenche dans une situation de danger potentiel (et qu’il faut savoir écouter), nos vies sont polluées par d’innombrables peurs qui ne sont pas toutes bénéfiques (angoisse, peur du lendemain, de ne pas être capable de réussir une tâche, d’échapper à un contrôle fiscal, du jugement d’autrui, de la visite de sa belle-mère, d’être agressé dans la rue…) mais le plus souvent excessives.

A la longue, à cause du stress prolongé, nous pouvons même tomber malades et en mourir. De nombreux naufragés sont morts prématurément, non par manque de ressources mais par la peur, le stress.

"La peur peut vous tuer…"

Est-il possible de maîtriser sa peur ?

Oui, il est possible de surmonter sa peur de plusieurs façons :

  • En minimisant la perception de la menace et en renforçant sa capacité à agir ; en se raisonnant, en minimisant les conséquences de l’échec, en se concentrant sur la réussite, en se préparant et en s’habituant à affronter la situation redoutée. C’est tout le rôle de l’entraînement la préparation mentale des sportifs. L’entraînement auquel vous vous astreignez à l’ADAC va vous permettre de vous familiariser avec les situations agressives tout en développant vos capacités à vous défendre. Il vous aidera donc à atténuer la peur en cas d’agression réelle.

Mais cela peut ne pas suffire. Si la peur est trop intense, nous serons incapables de la maîtriser seulement avec notre volonté. La peur est plus forte que notre raison…

"L’émotion tue la raison"

Alors il y a un autre moyen de la maîtriser :

  • Utiliser son corps ! Lorsque nous avons peur, que se passe-t-il ? Notre corps de crispe, notre respiration se bloque, notre mental s’affaiblit… Les symptômes débutent par le corps (tensions, difficultés à respirer, cœur qui s’emballe…) pour ensuite affecter notre mental et notre capacité à raisonner.

La solution, pour maîtriser une peur intense, doit donc passer par le corps ! C’est en agissant d’abord sur vos muscles et votre respiration que vous aurez peut-être des chances de stopper l’emballement émotionnel. Si vous parvenez à maîtriser votre corps, votre esprit suivra. Vous avez sans doute remarqué que l’on stresse davantage avant une compétition ou un examen que lorsque l’on est « dans le bain », qu’on agit ! Nous avons développé à l’ADAC des techniques permettant de se maîtriser dans une situation se stress intense. Ces techniques peuvent vous permettent de rester opérationnel malgré la peur et d’agir pour sauver votre vie. Elles nécessitent un peu de pratique mais ont fait leurs preuves en situation critique.

Souvenez-vous que "l’action tue l’émotion" !

En conclusion, nous avons pu constater que la peur pouvait être la meilleure ou la pire des choses, en fonction de son intensité, et des circonstances, du contexte dans lequel vous êtes. Nous n’avons pas pu, dans ce court article, détailler davantage les mécanismes psycho-physiologiques du stress, mais vous pouvez nous poser vos questions, et approfondir le sujet avec les quelques ouvrages dont la liste suit. Je vous souhaite une bonne journée, exempte de peurs inutiles… * (* commencez par éteindre la télé !)

Auteur : Michel Benes

Bibliographie

  • The gift of fear de Gavin De Becker, aux éditions Dell. En Anglais, mais très intéressant.
  • Sous le feu. La mort comme hypothèse de travail ou Comment des hommes ordinaires peuvent faire des choses extraordinaires du Colonel Michel Goya, éditions Tallandier. Une étude passionnante sur le comportement humain en situation extrême (guerre).
  • Eloge de la fuite, par le Professeur Henri Laborit, un des pionniers français du sujet, aux éditions Folio essais.
  • Même pas peur ! de Giulio Cesare Giacobbe aux éditions First : un manuel décapant pour se libérer des nos angoisses inutiles.
  • Neurocombat livre 1 : psychologie de la violence de rue et du combat rapproché de l’excellent Christophe Jacquemart, éditions Fusion froide ou sur son site Internet. Le chercheur et auteur français le plus pertinent, et sans doute le plus sympathique.